大狗民 大狗民 7.9分

Analyse les spirales dans le film Citizen Dog (2004)

天桥不见了
2018-04-08 02:54:51

Introduction

Alors que nous parlons du film et la spirale, je me rappelle toujours les films thaïs. La Thaïlande est le pays plus mystérieux du monde. Quatre-vingts citoyens thaïs sont bouddhistes, le bouddhisme est la religion nationale de la Thaïlande. Les pensées bouddhistes ne sont pas des pensés linéaires. Avec les pensées bouddhistes nous expliquons les permanences du monde, des organismes et des inorganismes, comme la survivance et la transmigration de la vie. Les pensées bouddhistes s’incarnent sans cache dans les films thaïs. Ainsi, ces pensées sont devenues une particularité du cinéma thaïs. Un exemple très évident est les films de Apichatpong Weerasethakul. Apichatpong le réalisateur thaï le plus connu dans le monde occidental. Tous ses films portent sur la relation entre la nature et l’humain, la permanence et la transmigration.

Je voudrais parler d’un réalisateur thaï, il s’ap

...
显示全文

Introduction

Alors que nous parlons du film et la spirale, je me rappelle toujours les films thaïs. La Thaïlande est le pays plus mystérieux du monde. Quatre-vingts citoyens thaïs sont bouddhistes, le bouddhisme est la religion nationale de la Thaïlande. Les pensées bouddhistes ne sont pas des pensés linéaires. Avec les pensées bouddhistes nous expliquons les permanences du monde, des organismes et des inorganismes, comme la survivance et la transmigration de la vie. Les pensées bouddhistes s’incarnent sans cache dans les films thaïs. Ainsi, ces pensées sont devenues une particularité du cinéma thaïs. Un exemple très évident est les films de Apichatpong Weerasethakul. Apichatpong le réalisateur thaï le plus connu dans le monde occidental. Tous ses films portent sur la relation entre la nature et l’humain, la permanence et la transmigration.

Je voudrais parler d’un réalisateur thaï, il s’appelle Wisit Sasanatieng, il est aussi partenaire et ami de Apichatpong Weerasethakul. La transmigration ou le fantôme s’incarne toujours dans ses films. Dans ce dossier, je vais discuter Citizen Dog : un film réalisé par Wisit Sasanatieng en 2004. Le rôle principal de ce film est un jeune travailleur migrant (Pott) qui vient de la campagne, puis il part pour Bangkok (la capitale de Thaïlande) pour son travail. A la fin du film, il rentre à sa campagne (sa ville natale), après, il repart pour Bangkok. Dans Bangkok, il travaille d’abord dans une usine de conditionnement de sardines, après il travaille dans un bureau en tant que nettoyeur, à la fin, il tient un taxi. Mais, la mission la plus importante pour Pott est la poursuite d’une fille, sa collègue : Jin. Evidemment, c’est un film sur l’évolution de la société Thaïlandaise, particulièrement sur la vie des petits dans une société en développement.

Je vais étudier les spiralisations du visible dans ce film par quatre différents aspects liant la culture bouddhiste, la narration du film, les pensées de Walter Benjamin et les essences du cinéma.

La transmigration comme la spiralisation

Dans la première scène de Citizen Dog (2004), nous voyons un gros plan sur le visage de la grand-mère de Pott. Dans la voix-off, elle dit à Pott : « Quand tu auras un travail à Bangkok, tu te réveilleras un beau matin en constatant qu'il t'est poussé une queue au derrière ». Après, cette scène se termine. En fait, la grand-mère de Pott est déjà morte, mais elle lui parle continuellement. Depuis le premier plan de ce film, la transmigration commence à faire une grande partie de ce film. Evidemment, la transmigration de la vie est une spirale. La vie est toujours dans la trace de cette spirale. Elle meurt, elle renaît, après, elle meurt, elle renaît…

Quand nous parlons de la vie, ça me rappelle également qu’est-ce qui construit la vie (ou organisme) ? Organe ? cellule ? ou autre chose ? Sans doute, la base de la vie, c’est l’ADN (acide désoxyribonucléique). Nous imageons la forme de ADN, clairement, elle est spirale comme un escalier spiral. Nous réfléchirons profondément à qu’est-ce qui constitue ADN ? c’est quoi sur la surface de cette spirale ? C’est la paire de bases (pb). Ici, nous avons exploré la substance la plus petite pour former l’organisme. La paire de bases constitue les ADNs, l’ADN constitue le chromosome, les chromosomes constituent le noyau de cellule, les noyaux de cellule constituent la cellule, enfin, les cellules forment l’organisme, c’est-à-dire, la vie. Donc, la formation d’une vie physique (organisme) est aussi la spiralisation d’un point de vue de l’ADN.

Nous revenons à la pensée de transmigration. En fait, la pensée de transmigration est également une pensée sur la vie, sur l’organisme et sur le corps. Parce que le sujet de la transmigration est un organisme qui est peut-être humain, peut-être animal. Pourquoi je parle de l’ADN dans le paragraphe ci-dessus ? Parce que je veux dire que la transmigration bouddhiste se lie profondément à notre corps physique et à la biosphère. La transmigration est aussi une science physique et biologique. De plus, je veux dire, notre corps physique et la biosphère sont également une spirale, comme la forme de l’ADN et sa composition.

Concernant la constitution de la biosphère, la chaîne alimentaire joue un rôle très important.

La chaîne alimentaire caractérise une suite de relations alimentaires existant entre les êtres vivants : chaque être vivant mange celui qui le précède. Il existe autant de chaînes alimentaires que de milieux. On distinguera par exemple la chaîne alimentaire aquatique de la chaîne alimentaire terrestre. Dans le milieu aquatique, on distingue notamment la chaîne en océan profond de celle de l'océan de surface. [1]

Évidemment, cette chaîne est un cercle infini. Pendant ce processus, nous pouvons également dire que c’est une spiralisation.

Dans le film Citizen Dog (2004), il y a trois transmigrations principales :

Premièrement, c’est la transmigration de la grand-mère de Pott. Après sa mort, elle renait d’abord en tant qu’un lézard. Après cette transmigration, elle s’installe dans la chambre de son petit-fils (Pott) de Bangkok. Une extrait du film (00:41:27 - 00:42:42) nous montre le processus de cette transmigration: après la mort de la grand-mère de Pott, ses parents proches jettent sa cendre à la mer. Puis, les poissons mangent sa cendre, ces poissons sont finalement pêchés par les pêcheurs. Puis, ces poissons sont mangés par les enfants, les enfants vont aux toilettes, ces poissons sont excrétés par les enfant sur le terrain agricole. Ces selles deviennent l’engrais naturel, par conséquent les blés poussent peu à peu dans le champ. Puis, le fléau de sauterelle s’abat sur ce terrain, heureusement, ces sauterelles sont attrapé par les filets d’agriculteur. Ensuite ces sauterelles deviennent la collation des jeunes. Enfin, Il y a un lézard dans le cuisine, il mange une sauterelle frit. Ce lézard s'accouple avec une femme lézard. Voilà, un nouveau lézard est né, elle est la réincarnation de la grand-mère de Pott. Puisque finalement, la cendre de la grand-mère arrive au ventre du lézard grâce à ces processus très complexes.

Evidemment, c’est un très long processus même s’il est un peu absurde. Ce processus de la réincarnation est clairement un processus de la spiralisation. Puisque la transmigration et la réincarnation sont une spirale.

Deuxièmement, c’est la renaissance de Kong. Kong devient un motard fantôme après sa mort. Il est mort dans un accident à cause de la pluie abondante. Mais Kong adore vraiment son métier, il devient donc un fantôme, il continue de conduire sa mototaxi. De plus, après la mort de Kong, le fantôme de Kong continue d’affronter la mort suivante. C’est-à-dire, la mort dans la mort, comme une mise en abyme de la mort. Kong a toujours une grande peur de la pluie même s’il est déjà un fantôme. C’est-à-dire, il a encore peur de la mort. Le sous-entendu : il pourrait mourir plusieurs fois. Les plusieurs fois de mort forment une spirale, parce que ces morts n’arrivent jamais au terminus, elles sont infinies. Par ailleurs, la transmigration de Kong est différente de celle de Pott. Pour Pott, la transmigration est réalisée par la réincarnation à autre animal. Mais pour la transmigration de Kong, il devient un fantôme mais il est encore humain.

Troisièmement, c’est la transmigration de Mei. Dans le film, Mei est une serveuse thaïe, mais elle croit être la réincarnation de la princesses chinoise et la descendance de la famille impériale chinoise. Elle travaille dans un restaurant chinois de Bangkok, elle s’habille toujours une robe traditionnelle chinoise. A la fin du film, elle apprend la langue chinoise, elle part pour la Chine afin de chercher sa racine et sa vie antérieur.

Nous faisons donc une petite conclusion. A travers ces trois transmigrations dans le film, nous voyons que la pensée de la transmigration est ancrée profondément dans la tête des Thaïlandais. Elle devient une culture très importante de la Thaïlande. La pensée de transmigration est une pensée spirale. La transmigration est une philosophie sur l’humain et la vie. L’ADN, c’est une matière dans notre corps, elle compose notre vie et notre corps. Le forme de l’ADN est aussi une forme spirale. Ici, nous pouvons peut-être trouver des liens entre ces deux spirales, entre la transmigration et l’ADN, puisqu’ils tous les deux concernent l’humain et la vie. A travers ces deux exemples, nous pouvons peut-être dire que la vie est une spirale, le processus et la composition de la vie est un processus de spiralisation.

La spirale narrative

Selon certains philosophes, l’évolution des choses est une spirale de l'évolution, par exemple chez Clare Graves, Karl Marx et Johann Wolfgang von Goethe. Ici, nous pouvons également utiliser cette notion pour le cinéma. Dans la narration du cinéma, le spectateur constate l’évolution des choses. De même, certains théoriciens de cinéma trouvent que la narration du cinéma est une spirale de l’évolution. Le récit de film ne peut pas être calme et tranquille, il faudra les intrigues dans la narration. Les rôles surmontent au fur à mesure les obstacles d’intrigue afin d’arriver à un résultat final de la narration. Ce processus de la narration est une spiralisation.

De plus, je réfléchis si les répétitions participent à la spirale de narration dans le film. Du moins, nous pouvons trouver des liens entre la répétition et la spirale. Nous imageons une forme spirale narrative, dans laquelle, les répétitions pourraient devenir les points superposés et parallèles avec l’évolution de la narration. (2-1)

Citizen Dog (2004) peut bien expliquer cette spirale narrative et les répétitions dans le film.

Ce film parle d’une histoire amour sur Pott et Jin. Pott rencontre Jin dans leur entreprise. Ils sont collègues. A début du film, Pott tombe amoureux de Jin parce qu’ils travaillent sous le même toit. Au début, c’est un amour secret. Pott cache son amour. Mais il essaye tous les moyens pour approcher Jin. Petit à petit, Pott commence à manifester son affection, il complimente l’habillement de Jin même si Jin ne s’habille qu’en uniforme. Jin a une petite maladie de peau. La peau de ses bras la démangeait si elle touchait d’autres personnes. Jin n’aime pas prendre bus, parce qu’il y a toujours beaucoup monde dans le bus. Ça rend sa peau désagréable. Pour Jin, Pott décide de changer son métier, il devient un chauffeur de Taxi. Parce que ce nouveau métier lui permet d’amener Jin à son lieu de travail tous les jours. Ainsi, Jin n’a besoin plus de prendre le bus qui lui provoque ses démangeaisons. Après, un jour, Pott demande la main de Jin dans son taxi, mais Jin refuse. Parce que Jin tombe amoureuse d’un autre homme étranger à ce moment-là. Ensuite, chacun d’entre eux passe par des séries de l’histoire complexe. A la fin du film, ils finissent finalement ensemble, et Jin est enceinte de lui.

Cette évolution de l’histoire d’amour est longue et complexe avec de nombreux tours et de détours. Jin et Pott vivent tantôt seul tantôt ensemble. Mais, finalement, ils se marient, ils ont un enfant. Donc, ce récit est évidement une spirale de l’évolution. Il ressemble à la pensée de Karl Max, Puisque Karl Max trouve que l’évolution des choses se situent dans un contexte de spiralisation. Nous ne pouvons pas arriver directement à l’objectif, le chemin aurait de nombreux tours et détours. Sans doute, c’est une pensée spirale. L’évolution des choses se rapporte toujours à cette forme spirale.

De plus, les répétitions jouent un rôle très important dans ce film. Chaque répétition pousse l’évolution de la narration. Ici, je vais discuter des répétitions intéressantes dans le film.

En premier lieu, je vais parler de la répétition de la grand-mère de Pott. Dans le film, l’image de sa grand-mère apparait 3 fois au total : au début du film, au milieu du film et à la fin de film. Ces trois répétitions nous montrent les trois transmigrations de la grand-mère de Pott. D’abord elle transmigre en lézard, puis en porc. Enfin, elle redevient humaine, elle transmigre dans le fils de Pott. Puisqu’après avoir mangé le porc qui est transmigré par la grand-mère de Pott, Jin conçoit un bébé. Ce bébé est la transmigration de la grand-mère de Pott, puisque la grand-mère a été dans la ventre de Jin (Jin l’a mangée). Clairement, si nous trouvons que la transmigration était une forme spirale, les répétitions de la grand-mère de Pott serait les points parallèles et superposés dans cette forme.

En deuxième lieu, c’est les répétitions de la chambre de Jin. Le décor de sa chambre change plusieurs fois dans le film. Ces changements accompagnent un changement de pensée de Jin. Au début, Jin cherche toujours le sens d’un livre en langue étrangère. A ce-moment-là, elle lit ce livre en langue étrangère, même si elle ne comprend toujours rien la langue étrangère. Elle travaille dans une école d’anglais en tant que nettoyeuse afin d’apprendre la langue. Ainsi, dans sa chambre, nous voyons qu’il y a plein de livres. Après, Jin se jette dans les mouvements sociaux de la protection de l’environnement. Avec sa participation de plus en plus profonde, sa chambre commence à devenir un espace de la protection de l'environnement. Elle collectionne les boites plastiques dans sa chambre, sa chambre devient complètement une station de recuperation. Puis, la troisième répétition est plus avancée que celle antérieur. Sa chambre devient un jardin. Elle continue à garder les boîtes plastiques, mais ces boîtes sont déménagées à l’extérieur de sa maison. Enfin, la quatrième répétition est la plus magnifique, ces boîtes deviennent une grande montagne, elle accède même au ciel et à la lune.

Je réfléchi également aux sens de ces répétitions. Elles ne sont pas seulement une forme spirale, elles montrent et dévoilent aussi le trace du développement des pensées de Jin. Le développement de pensé reflète l’évolution de la civilisation humaine. Nous pouvons donc peut-être dire que la progression de la civilisation humaine est également une spirale.

La spirale concernant l’aura de l’objet

Dans L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique, Walter benjamin explique la disparation de l’aura d’œuvre d’art dans l’époque de la reproductibilité technique. Dans l’époque de la reproductibilité technique, l’authenticité d’œuvre d’art devient de moins en moins importante. La valeur d’œuvre d’art commence à se lier aux autres choses. De plus, Aby Walbourg met l’œuvres d’art dans le contexte de l’histoire. C’est-à-dire, la valeur d’une œuvre d’art ne dépend pas seulement à son authenticité, elle dépend également du contexte de l’époque. L’œuvre a besoin de se lier au contexte de l’époque pour obtenir sa valeur. De plus, pour la même œuvre, elle pourrait avoir les différentes valeurs si elle était dans différentes époques. Par exemple, nous pouvons distinguer les différentes valeurs de Les Ménines (Diego Velásquez) dans l’époque actuelle et dans l’époque de Diego Velásquez.

Nous imaginons ces valeurs d’œuvre d’art par rapport au contexte de l’époque. Dans le chapitre ci-dessus, nous savons que l’évolution des choses est une spirale de l'évolution. De même, nous interrogeons si l’évolution de l’époque ou l’évolution de l’histoire sont également une spirale ? Bien sûr, l’histoire n’est pas linéaire. Selon Georg Wilhelm Friedrich Hegel, l’évolution de l’histoire est à la fois tortueuse et avancée. Par conséquent, l’histoire avance par un chemin détourné. C’est pour cela que le trajet de l’histoire est une spirale. De même, la valeur d’œuvre d’art doit être spirale, Puisque cette valeur dépend à l’évolution de l’histoire et à l’époque.

Dans Citizen Dog (2004), la queue apparait au début et à la fin du film. Au début, avant que Pott parte pour Bangkok, sa grand-mère lui raconte un conte sur la queue de Bangkokois. Dans le conte, sa grande mère lui dit qu’il va lui pousser la queue au derrière s’il part à Bangkok pour le travail. En fait, dans ce film, la queue de Bangkokois est une métaphore qui représente le modernisme du personnage. Au début du film, seulement la minorité de Bangkokois ont une queue. Jin dit à Pott : « Seuls les gens d'exception peuvent avoir une queue : Les acteurs, les chanteurs, les politiciens, les gens riches, ou les gens qui parlent une langue étrangère. Les gens normaux comme toi et moi n'auront jamais de queue de toute leur vie. » Cependant, cette situation change quand Pott revient à Bangkok : tous les Bangkokois ont une queue sauf Pott. De même, Jin a aussi une queue. Pott devient un personnage particulier à Bangkok à cause du fait qu’il n’a pas de queue. Ce changement de situation représente le développement économique et le processus de la modernisation de la ville de Bangkok. C’est-à-dire, quand Pott revient à Bangkok, Bangkok se développe beaucoup. Avant, la queue poussait seulement sur le corps de personnage riche et puissant, mais maintenant elle pousse sur le corps de n’importe quel Bangkokois.

Dans le film, cette queue est également une œuvre d’art. Elle a différentes valeurs et sens dans les différentes périodes. Dans le Bangkok antérieur, elle est le symbole des gens puissants, mais dans le Bangkok actuel, elle exprime un autre sens : Les gens qui n’ont pas encore été influencé ou aliéné par la société moderne. Elle exprime un esprit naturel.

Nous avons déjà parlé de la spirale de la valeur d’œuvre. Elle se lie à l’évolution de l’histoire et au concept de l’aura de Walter Benjamin. De même logique, Dans Citizen Dog (2004), la valeur et le sens de la queue sont également une spirale. Puisque les valeurs et les sens de la queue dépendent de l’évolution sociale et du développement sociale de Bangkok.

L’essence du cinéma peut nous montrer la spirale du temps

Dans cette partie, je vais sortir du récit du film, dans le même temps je vais discuter de comment l’essence du cinéma nous montre la spirale et la spiralisation dans Citizen Dog (2004).

Concernant la spirale, nous parlons toujours du temps. Avant l’invention du cinéma, ce n’était pas possible de jouer le temps à l’écran comme au cinéma. La peinture et la photographie peuvent attraper un temps fixe. Mais c’est difficile de montrer un temps en mouvement. De même, ce n’est pas possible de montrer un temps superposé et spiral. Même si Nicolas Poussin et Marcel Duchamp ont essayer de peindre les mouvements dans la peinture, c’est encore limité. Au contraire de la peinture, le cinéma possède cette capacité magique : montrer le mouvement et la superposition du temps.

Dans Citizen Dog (2004), il y a une série de plan intéressant : un prince charmant sort d’une photo d’un magazine, après il entre dans le monde réel (la salle d’accueil de l’entreprise de Jin). Cette série de plan nous montre la superposition de deux temps : le temps de la photo et le temps dans le monde réel (la salle d’accueil). Le prince apparait dans la salle d’accueil avec Jin, même s’ils ne sont pas deux personnages de la même époque. Le prince est un personnage historique, mais Jin est une fille vivant dans le monde actuel. Le temps a plusieurs formes. Le temps n’est pas seulement en forme linéaire, il pourrait également être circulaire, parallèle ou spirale. Ici, la co-apparition entre Jin et le prince nous montre un temps spiral. Parce que le temps spiral nous donne une possibilité pour superposer deux différents temps dans le même moment. (4-1)

Il y a aussi une autre superposition du temps dans Citizen Dog (2004). Le deuxième métier de Pott à Bangkok est gardien d’immeuble. Il prend l’ascenseur plusieurs fois chaque jour pour faire sa tournée d’inspection de l’immeuble. Ici, il y a un plan qui bouleverse le temps linéaire. Dans ce plan, la caméra est devant la porte de l’ascenseur. Pott est d’abord dans l’ascenseur avec une femme qui s’habille une rouge uniforme, puis la porte de l’ascenseur ferme. Après, quand la porte s’ouvre, celle qui était dans l’ascenseur devient un homme. Ensuite, la porte de l’ascenseur se referme. Quand elle réouvre, celui qui est dans l’ascenseur devient Jin. Ici, évidemment, les trois temps coïncident dans le même espace et dans le même moment à travers cet ascenseur. Dans ce cas, le temps est également en forme spirale. Les trois fois où la porte s’ouvre se superposent dans une spirale du temps.

Le cinema, c’est le mouvement. Ce mouvement nous permet de réorganiser le temps et l’espace. Le cinéma peut aussi nous montrer les différentes formes du temps, comme le temps circulaire et spiral. Ça, c’est une capacité magique du cinéma.

[1] https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-chaine-alimentaire-12876/

0
0

查看更多豆瓣高分电影电视剧

回应(0)

添加回应

大狗民的更多影评

推荐大狗民的豆列

了解更多电影信息

豆瓣
免费下载 iOS / Android 版客户端